Image: 
Title: 

D’importants écarts de prix alimentaires en Afrique de l’Ouest

SWAC: 

Les prix sont désormais un facteur clé de l’accessibilité à l’alimentation en Afrique de l’Ouest alors que les ménages  dépendent des marchés pour deux-tiers de leurs approvisionnements. Les prix alimentaires sont plus élevés de 30 à 40 % en Afrique subsaharienne que dans le reste du monde à PIB par habitant comparable. Par rapport à la moyenne ouest-africaine, ils varient de -28 % en Mauritanie à +14 % au Ghana ; ceci témoigne de la relative inefficacité du marché alimentaire régional. Les écarts de prix sont les plus faibles entre les pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). En revanche, sur plusieurs segments de frontière (Côte d’Ivoire-Ghana, Sierra Leone-Libéria et Mauritanie-Sénégal), les disparités dépassent 17 % de la moyenne régionale ; ceci du fait de coûts de transaction élevés. Depuis le lancement du Schéma de libéralisation des échanges de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (SLEC/CEDEAO) au début des années 90, la CEDEAO promeut une zone de libre-échange. Les droits de douane sur les importations et exportations, ainsi que les barrières non tarifaires y sont officiellement abolis. Pourtant, sa mise en œuvre reste aléatoire et de nombreuses barrières subsistent dans les faits. La suppression de ces obstacles et la facilitation des échanges régionaux contribueraient à la baisse des prix alimentaires.

Map_JPG_WEB: 
Map_Print_Quality: 
Map_PDF_File: 
Nous encourageons l’utilisation de nos cartes. Veuillez nous informer et en faire mention du copyright du Club. Pour des demandes spécifiques, contacter : swac.contact@oecd.org

Ces cartes sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région.