Image: 
Title: 

Eaux de surface en Afrique

SWAC: 

Peu d’indicateurs offrent une vision plus contrastée de l’Afrique que celui des cours d’eau. Représentés selon leur caractère permanent ou saisonnier, les cours d’eau africains semblent découper le continent en une succession de zones d’épaisseur inégale. Au nord de l’Équateur, l’Atlas forme un étroit rempart humide face aux étendues sahariennes, qui couvrent près d’un tiers du continent et dont les très nombreux oueds asséchés dès la fin du Néolithique ne coulent que de façon épisodique. Au sud du Sahara, les cours d’eau permanents dominent, à l’exception de la Corne et du Kalahari. Seule une poignée de fleuves nés de la région des Grands Lacs (Nil), des plateaux éthiopiens (Djouba, Sheebele) et du Drakenberg (Orange) parviennent à franchir le barrage de l’aridité saharienne, somali et namibienne. Se limitant aux eaux de surface, cette carte ne peut en revanche montrer l’existence, parfois considérable comme au Sahara, de réserves souterraines qui se sont constituées il y a plusieurs millénaires et qui témoignent d’épisodes climatiques plus favorables.

Nous encourageons l’utilisation de nos cartes. Veuillez nous informer et en faire mention du copyright du Club. Pour des demandes spécifiques, contacter : swac.contact@oecd.org

Ces cartes sont sans préjudice du statut de tout territoire, de la souveraineté s’exerçant sur ce dernier, du tracé des frontières et limites internationales, et du nom de tout territoire, ville ou région.