Summary: 
Femme d’influence de l’année
Country: 
thumbnail: 

Jaha Dukureh est l’une des trois figures africaines apparaissant dans le classement 2016 des personnalités les plus influentes dans le monde, établi chaque année par le Time. Cette consécration récompense le combat contre l’excision de cette jeune militante de 25 ans, dont le principal fait d’armes est d’avoir obtenu l’abolition de la pratique en Gambie, son pays d’origine. Née à Banjul en 1990, Jaha Dukureh rejoint les États-Unis à 15 ans pour un mariage arrangé avec un Gambien installé à New York. Fuyant son mari, elle part s’installer à Atlanta, où elle s’inscrit à l’université, se remarie, puis travaille dans une banque. Elle-même excisée à la naissance, elle décide de se lancer dans la lutte pour l’abolition des mutilations génitales en fondant l’ONG Safe Hands for Girls en 2013. L’année suivante, elle organise la diffusion aux États-Unis d’une pétition internationale initiée au Royaume-Uni par Fahma Mohamed, une autre jeune militante anglaise d’origine somalienne. Collectant plus de 220 000 signatures, les deux femmes obtiennent le soutien des gouvernements anglais et américains – à l’issue de la campagne, la Maison Blanche décide de commander une étude sur la prévalence de l’excision aux États-Unis. Dans le même temps, Jaha Dukureh dirige le premier mouvement de jeunes contre l’excision en Gambie. Renforcée par son exposition internationale, elle réussit à convaincre le président gambien, Yahya Jammeh, d’abolir cette pratique, dont l’interdiction est décrétée en novembre 2015. Elle poursuit actuellement son combat dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest, notamment en Sierra Léone, où le taux de prévalence de l’excision est de 88 %.

En savoir +