Image: 
Title: 

Journée du CILSS à la COP25

La Conférence sur le climat des Nations Unies (COP25) s’est tenue du 2 au 13 décembre 2019 à Madrid et a rassemblé 29 000 représentants de près de 200 pays. De nombreux responsables ont exprimé leur déception à l’issue de la conférence. « La communauté internationale a perdu une occasion importante de faire preuve d’une ambition plus grande en matière d’atténuation, d’adaptation et de financement face à la crise climatique », a déclaré le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres. La décision cruciale concernant un marché mondial du carbone a été reportée à la COP26 qui aura lieu l’année prochaine à Glasgow, en Écosse. Le CILSS/AGRHYMET a présenté les enjeux climatiques pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest lors de la journée du CILSS, le 12 décembre 2019. Les présentations ont souligné le rôle important des organisations régionales telles que la CEDEAO, l’UEMOA et le CILSS qui visent à travailler en synergie et aider les pays membres à mieux planifier leurs actions climatiques. Par exemple, les actions fructueuses de régénération naturelle assistée (RNA) pourraient être étendues au niveau régional. « Les investissements dans la RNA jouent un rôle important et c’est pourquoi la mise à l’échelle des bonnes pratiques agro-écologiques constitue un axe majeur de notre intervention pour améliorer durablement la productivité de nos écosystèmes, gage de résilience des populations sahéliennes et ouest-africaines face au changement climatique », a déclaré Souleymane Ouédraogo, directeur général du CILSS/AGRHYMET. Les organisations régionales pourraient également jouer un rôle plus important en mobilisant les fonds pour les actions climatiques et en coordonnant les approches nationales. De nombreux pays ouest-africains mettent à jour leurs contributions déterminées au niveau national (CND) qui ont été présentées pour la première fois lors de la COP21 à Paris. Cependant, leurs systèmes de mesure, de notification et de vérification (MRV) des gaz à effets de serre sont au mieux en phase de conception et le processus d’évaluation demandera des ressources supplémentaires. Le CILSS et ses partenaires prévoient de lancer une réflexion régionale sur le rôle des institutions régionales dans le processus de mise en œuvre des CND avec l’objectif de développer un plan d’action régional commun. Un leadership fort au niveau régional pourrait contribuer à harmoniser et coordonner les actions climatiques au niveau national, capitaliser sur les bonnes pratiques et développer une solidarité régionale.