Image: 
Title: 

Journée mondiale de l’eau

Le 22 mars, la 25e Journée mondiale de l’eau a mis en avant les solutions tirées de la nature pour répondre aux enjeux mondiaux liés à l’eau. Le thème officiel était « Comment réduire les inondations, les sécheresses et la pollution de l’eau ? En utilisant les solutions que nous trouvons déjà dans la nature ». Le 8e Forum mondial de l’eau s’est tenu à Brasilia, au Brésil, et a rassemblé 10 000 parties prenantes du secteur de l’eau. En Afrique de l’Ouest, la fondation Barka, Eau vive internationale et leurs partenaires ont organisé du 21 au 25 mars la première édition de la Foire de l’eau à Fada N’Gourma, au Burkina Faso, pour promouvoir une plateforme décentralisée d’échanges entre les acteurs travaillant dans le secteur. Le gouvernement malien a organisé une conférence-débat sur le thème « La nature pour l’eau » à Bamako. L’importance de l’eau ne cesse de grandir pour le Sahel et l’Afrique de l’Ouest, qui font face à de nombreux enjeux y afférents : l’accès à l’eau potable et l’amélioration des services d’assainissement, la demande croissante en eau et la pollution de l’eau en milieu urbain, les solutions intelligentes face au climat pour l’agriculture, la gestion pacifique et durable des ressources hydrauliques transfrontalières, etc. Selon ONU-Eau, en 2017, 90 % des eaux usées non traitées en Afrique subsaharienne étaient déversées dans l’environnement. 500 millions d’hectares de terres en Afrique sont inutilisables du fait de l’érosion, principalement par l’eau. La Banque africaine de développement a lancé quatre initiatives phares pour répondre aux enjeux liés à l’eau sur le continent (Initiative pour l’alimentation en eau et l’assainissement en milieu rural, Facilité africaine de l’eau, Programme d’eau et d’assainissement du NEPAD, Programme multidonateurs du partenariat pour l’eau). Un grand nombre de solutions locales et de bonnes pratiques sont disponibles sur le terrain et pourraient être mises à l’échelle. Le prochain Forum mondial de l’eau se tiendra à Dakar, au Sénégal, en 2021. L’objectif est de le rendre plus inclusif et d’augmenter la participation de la société civile.