Image: 
Title: 

L’Afrique de l’Ouest à l’Assemblée générale des Nations Unies

La 73e session de l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a rassemblé des dirigeants du monde entier pour deux semaines de débat à New York autour du thème officiel « Faire de l’ONU une organisation pour tous : une force mondiale fondée sur des responsabilités partagées, au service de sociétés pacifiques, équitables et durables ». Le débat général a été ouvert le 25 septembre à la suite du Sommet de la paix Nelson Mandela. Les dirigeants mondiaux ont débattu de nombreux sujets brûlants tels que le financement de l’Agenda 2030 pour le développement durable, les actions climatiques et le maintien de la paix au niveau international. Adama Barrow, président de la Gambie, est intervenu lors de la séance d’ouverture officielle pour insister sur l’importance de la coopération multilatérale.  Plus particulièrement, la Gambie soutient  la mise en œuvre du nouveau plan de soutien au Sahel des Nations Unies. « Nous sommes particulièrement enthousiasmés par le fait que la nouvelle stratégie voit le Sahel comme une terre d’opportunités et non de désespoir » a déclaré le président Barrow. Le président ghanéen, Nana Akufo-Addo, a quant à lui déclaré « Nous devrions accepter le fait que cette organisation doit changer pour s’adapter aux besoins contemporains. Voulons-nous une organisation qui assure le partage des responsabilités pour des sociétés qui soient en paix, équitables et durables ? Ou devrait-elle rester le lieu où l’on vote des résolutions qui sont ignorées en toute impunité ? ». Le président sierra-léonais, Julius Maada Bio, a soulevé la question de la représentation africaine au Conseil de sécurité de l’ONU. Le président du Nigéria, Muhammadu Buhari, a rappelé les menaces extérieures à la paix en Afrique de l’Ouest. En marge du sommet, le Nigéria et la Norvège ont organisé un événement pour analyser les implications des flux financiers illégaux sur l’agenda du développement. Lors d’un autre événement parallèle, co-organisé par le Ghana et la Sierra Leone, les partenaires au développement ont annoncé leur intention de donner un coup de pouce important en investissant dans les « données pour éliminer la faim ». Ils ont lancé l’initiative « 50 X 2030 » pour mener régulièrement des enquêtes sur les ménages paysans dans 50 pays à faibles revenus et à revenus intermédiaires inférieurs, dont 30 pays africains. Cette initiative vise à informer les décideurs et ainsi à augmenter la productivité agricole de manière durable.
 
 
En savoir plus :