Image: 
Title: 

L’UA lance l’année de lutte contre la corruption

Les dirigeants africains des 55 pays membres de l’Union africaine (UA) se sont rassemblés du 22 au 29 janvier à Addis-Abeba, en Éthiopie, pour discuter de l’agenda d’intégration du continent. « Gagner la lutte contre la corruption : un chemin durable vers la transformation de l'Afrique » était le thème officiel de ce 30e sommet. À cette occasion, le président nigérian, Muhammadu Buhari, a lancé le thème de l’UA pour l’année 2018 : « La lutte contre la corruption sur le continent ». Il a annoncé que l’Union africaine aura en 2018 trois priorités : i) organiser un Congrès de le jeunesse africaine contre la corruption ; ii) accélérer la mise en œuvre de la Convention de l’Union africaine sur la prévention et la lutte contre la corruption ; et iii) renforcer le système de justice pénale en Afrique à travers l'échange d'informations et le partage des meilleures pratiques en matière d'application des lois anticorruption. La prévention des conflits et la progression de la paix et de la sécurité sur le continent font toujours partie des priorités de l’Union africaine. Pas moins de 18 élections sont prévues en 2018, notamment les élections présidentielles au Mali et les élections législatives en Guinée, au Mali, en Mauritanie, en Sierra Leone et au Togo. Le rapport d’évaluation de la mise en œuvre de la feuille de route principale des mesures pratiques  de l’UA pour « faire taire les armes en Afrique d’ici 2020 » a été présenté à l’Assemblée de l’UA. Concernant les décisions institutionnelles, Paul Kagame, président du Rwanda, a été élu président de l’UA pour un an, remplaçant le président guinéen Alpha Condé. Celui-ci est un fervent défenseur de l’Agenda de l’intégration régionale et des réformes institutionnelles. « L'unité doit être notre point de départ, au moment où nous faisons un travail de redéfinition de nos plans et de nos ambitions en termes continentaux… Ces changements doivent se produire. Il n’y a pas de pays sur notre continent qui ne veuille pas faire partie d’une Afrique plus affirmée et plus visible », a déclaré le président Kagame. Un grand nombre d’événements ont été organisés en marge du sommet : l’ONU et l’UA ont conclu un nouveau cadre UA-ONU pour la mise en œuvre de l’Agenda 2063 et l’Agenda 2030 pour le développement durable. Idriss Déby Itno, président du Tchad, a été élu pour être le nouveau président du Forum africain d'évaluation par les pairs. L’Initiative des dirigeants africains pour la nutrition, créée récemment, vise à vaincre toutes les formes de malnutrition sur le continent et ainsi à réduire le coût de la faim en Afrique. L’UA a également lancé des fiches d'évaluation de la transformation de l’agriculture en Afrique (Africa Agriculture Transformation Scorecard - AATS) pour stimuler la productivité agricole et le développement. Le Centre de développement de l’OCDE et l’Union africaine ont organisé une conférence de presse pour attirer l’attention sur les derniers résultats de recherche sur les migrations et le développement. 80 % des migrations africaines ont lieu à l’intérieur du continent africain et les immigrants contribuent positivement au développement des pays d’accueil. Faciliter la mobilité intrarégionale reste un enjeu majeur pour le continent malgré l’existence de traités sur la libre circulation des citoyens (e.g. dans la zone de la CEDEAO). La création du Marché unique du transport aérien africain (MUTAA), un projet phare de l’Agenda 2063, est une avancée importante. Le Centre de développement de l’OCDE et l’UA ont également annoncé un rapport conjoint sur les « Dynamiques des économies africaines » qui sera présenté à la prochaine réunion continentale en juillet 2018.

 

En savoir plus