Image: 
Title: 

La CEDEAO favorise une transhumance transfrontalière apaisée

Members: 

Le 26 avril, la CEDEAO a organisé à Abuja une rencontre de haut niveau sur le pastoralisme et la transhumance transfrontalière. Cette conférence a rassemblé les ministres de la sécurité et de l’agriculture et des ressources animales des pays de la CEDEAO, du Cameroun, de la Mauritanie, de la République centrafricaine et du Tchad, dans l’objectif de rechercher des solutions durables pour la résolution  des conflits entre pasteurs et agriculteurs dans la Communauté et dans les autres régions africaines. Au Nigéria, le nombre de victimes s’élève en moyenne à plus de 2 000 par an pour la période 2011-16 ; parfois, les conflits entre pasteurs et agriculteurs ont même fait plus de victimes que  l’insurrection de Boko Haram. « Il importe de trouver des solutions urgentes à ces conflits dont les causes se résument essentiellement à la libre circulation des personnes, des produits et des biens dans l’espace CEDEAO, aux changements climatiques et au vol du bétail », a expliqué Abdulrahman Dambazau, ministre de l’Intérieur du Nigéria. Le protocole sur la libre circulation des personnes des biens et des services dans l’espace CEDEAO est cependant la pierre angulaire de l’intégration régionale et doit être protégée. La CEDEAO a  approuvé en 2003 une réglementation (C/REG.3/01/03) concernant la mise en œuvre des réglementations sur la transhumance entre les pays membres de la CEDEAO. Une réunion d’experts, organisée en amont de la conférence ministérielle des 24 et 25 avril, a exhorté les dirigeants de la CEDEAO à rendre effectives les réglementations existantes à travers la mise en œuvre de programmes régionaux pour le développement des zones pastorales ou d’infrastructures pour la transhumance. Cette réglementation prévoit notamment  la mise en place de projets transfrontaliers pilotes en vue de développer de nouvelles méthodes de gestion commune des routes de transhumance et des zones d’accueil. Les experts ont recommandé de préparer un audit examinant la non‑application des réglementations communautaires existantes sur la transhumance transfrontalière et la circulation des armes légères. Ils ont également proposé de préparer d’ici juillet 2018 une mise à jour du cadre légal communautaire et de faire avancer son harmonisation avec des législations nationales.

 

Communiqué de la CEDEAO