Image: 
Title: 

Le Conseil de sécurité examine la situation au Sahel et en Afrique de l'Ouest

Le 13 juillet, Mohamed Ibn Chambas, représentant spécial du secrétaire général des Nations unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel et directeur du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), a fait sa première déclaration sur l’Afrique de l’Ouest au Conseil de sécurité depuis que le Bureau pour l’Afrique de l’Ouest (UNOWAS) et le Bureau de l’envoyé spécial au Sahel (OSES) ont fusionné pour former l’UNOWAS. Dans son rapport, il a présenté la situation générale de la sécurité dans la région après les attaques terroristes de Ouagadougou, le 15 janvier, et de Grand Bassam, le 13 mars. Selon lui, les actions internationales devraient se focaliser sur le renforcement des capacités des forces régionales mobilisées dans le cadre de la Force d’intervention multinationale conjointe. « Les capacités, en particulier dans le domaine du renseignement, doivent être augmentées » a-t-il déclaré. Il est également nécessaire de redoubler les efforts pour répondre aux besoins basiques des victimes civiles innocentes. Le Sahel compte plus de 6 millions de personnes en état d’insécurité alimentaire, mais jusqu’à présent, 11 % seulement des 1,98 milliards de dollars sollicités par un Appel des Nations Unies pour 2016 ont été mobilisés. Plusieurs élections se tiendront dans la région avant la fin de 2016 (législatives en Côte d’Ivoire, présidentielles en Gambie, législatives et présidentielles au Ghana). Par ailleurs, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Libéria, le Sénégal et la Sierra Leone sont engagés dans des réformes constitutionnelles. « Nous avons bon espoir que ces pays d’Afrique de l’Ouest sortent plus cohésifs de ces réformes, mieux gouvernés, et avec une plus grande participation des femmes au processus de décision », a déclaré Chambas.