Image: 
Title: 

Le Fespaco fête ses 50 ans

Le plus grand festival de cinéma africain, le Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) a fêté son 50e anniversaire du 24 février au 2 mars. Cette 26e édition a rassemblé quelque 100 000 cinéphiles et projeté 165 films de 16 pays africains, dans un cadre sécuritaire maximal mobilisant 2 000 agents des forces de défense. Joël Karekezi, réalisateur rwandais, a remporté le prestigieux Étalon d’or de Yennenga pour son film « Mercy of the Jungle » qui dénonce l’absurdité de la guerre. L’acteur principal, Marc Zinga, a reçu le prix de la meilleure interprétation masculine. La meilleure interprétation féminine est revenue à Samantha Mugotsia pour son rôle dans « Rafiki », une histoire d’amour entre deux femmes au Kenya. Créé en 1969, le FESPACO a proposé pour son 50e anniversaire un moment de réflexion autour du thème « Mémoire et avenir des cinémas africains ». Le festival est connu depuis longtemps pour mettre en avant les changements sociaux et la diversité culturelle. L’édition de cette année a montré une réelle ouverture à l’Afrique non francophone avec la projection de longs métrages en swahili et en portugais. Elle a également abordé des territoires inexplorés comme l’autisme ou les violences contre les femmes. Le Rwanda était l’invité d’honneur de cette 26e édition. Le président Ibrahim Boubacar Keïta du Mali et le président Paul Kagame du Rwanda ont tous deux participé aux festivités, accompagnés de leur hôte burkinabè, le président Roch Marc Christian Kaboré, qui leur a remis la Grande croix de l’Étalon. Le président de la Commission de l’Union africaine, Moussa Faki Mahamat, a appelé à « un sursaut intellectuel, culturel et pédagogique » afin de « modifier profondément le regard que nous portons sur nous-mêmes, sur ce que nous avons, ce que nous pouvons ». Avec seulement quatre femmes nominées sur 16 réalisateurs, les femmes restent sous-représentées. La Burkinabè Apolline Traoré, qui comptait parmi les favoris, n’a obtenu qu’un prix technique pour son film « Desrances » sur les violences post-électorales en Côte d’Ivoire. Aucune réalisatrice n’a jamais remporté le premier prix. Le prochain FESPACO aura lieu en 2021.

 

En savoir plus