Image: 
Title: 

Le manque d’identification : un défi urgent pour l’Afrique

Opinion: 
Les systèmes d’enregistrement de l’état civil font partie des points faibles des systèmes de statistiques nationaux africains. Selon l’Unicef, 41 % des enfants de moins de cinq ans en Afrique subsaharienne n’ont jamais été enregistrés. « La demande de services d’enregistrement reste faible car de nombreuses personnes n’ont pas conscience de l’importance de l’état civil pour eux-mêmes et leurs familles », explique Camilla Rocca dans un article publié sur le blog de la Fondation Mo Ibrahim. Sans registre d’état civil, les futurs citoyens ne pourront pas obtenir de carte nationale d’identité, ni aller à l’école ou s’inscrire à l’université, avoir accès à un emploi déclaré, voter dans une élection, accéder à des services financiers comme un compte bancaire, acheter un bien ou prouver son droit à hériter d’un bien immobilier ou à posséder des terres.La liste des obstacles est longue. Dans le passé, les programmes de soutien au développement des CRVS ont souvent été mené sans lien avec les cadres nationaux de développement. Plusieurs initiatives continentales et multilatérales telles que le Programme pour l’amélioration accélérée de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil en Afrique (APAI-CRVS) sont désormais en cours et visent à développer une politique commune et consolidée et un cadre de plaidoyer pour les initiatives CRVS sur le continent.
 
 
Lire l'article (anglais)