Image: 
Title: 

Le Niger en deuil suite à l’attaque terroriste meurtrière

Selon le bilan officiel, 71 soldats ont été tués, le 11 décembre 2019, lors d’une attaque terroriste contre une base militaire située à Inates, dans la région du Tillabéri au Niger, près de la frontière malienne ; douze soldats ont été blessés et 30 sont portés disparus. Il s’agit de l’attaque la plus meutrière contre les forces de sécurité de toute l’histoire du Niger. Le gouvernement a déclaré trois jours de deuil national. Le groupe « État islamique en Afrique de l’Ouest » (ISWAP), initialement une branche de Boko Haram, a revendiqué l’attaque. Affichant leur solidarité, les dirigeants du G5 Sahel se sont réunis lors d’un sommet extraordinaire à Niamey, le 15 décembre 2019, pour rendre hommage aux soldats défunts. Ils ont appelé à une coopération plus étroite et à un soutien international renforcé dans la lutte contre la menace islamiste. Selon le ministre de la défense du Niger, l’attaque a été menée par « plusieurs centaines de terroristes lourdement armés ». La bataille a duré plusieurs heures mêlant tirs d’obus et d’artillerie ainsi que des véhicules kamikaze. « La menace terroriste dans les pays du Sahel grandit », a déclaré le président du Niger, Mahamadou Issoufou. « Ces attaques sans fin menées par des groupes terroristes dans notre région nous rappellent non seulement la gravité de la situation mais aussi l’urgence pour nous de travailler ensemble plus étroitement », a déclaré le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, rappelant la nécessité de mettre en place rapidement la pleine capacité de la Force conjointe du G5 Sahel. Il a ajouté « Les terroristes sont devenus de véritables professionnels de l’art de la guerre. Tout en s’attaquant à nos troupes, les terroristes s’attaquent parallèlement à nos alliances. Ils s’activent à trouver des relais au sein des populations pour dénoncer la présence des troupes alliées à nos côtés. Ceux qui jouent leurs jeux de manière consciente ou inconsciente, ceux qui s’attaquent à nos alliances, ceux qui veulent les défaire font pire que de s’attaquer aux hommes. L’opinion publique de chacun de nos pays doit en prendre conscience ». Si les attaques des avant-postes militaires visent principalement à s’emparer des armes, elles contribuent également à étendre les zones sous contrôle djihadiste. Depuis septembre 2019, l’insurrection islamiste a fait plus de 230 victimes parmi les soldats du Burkina Faso, du Mali et du Niger. Le Sommet France-G5 Sahel à Pau a été reporté au 13 janvier 2020. Parallèlement à l’opération Barkhane conduite par la France, les États-Unis ont également étendu leur coopération avec le Niger en fournissant du matériel (véhicules blindés, systèmes radio, etc.) et un appui sur place d’une valeur de 21 millions de dollars US, avec par exemple, sa base de drones armés leur permettant de traquer les djihadistes.