Title: 

Nutrition et sécurité alimentaire au Nigéria

Country: 
Opinion: 

Les conflits, la sécheresse et l’inflation croissante des prix alimentaires sont les principales causes de l’insécurité alimentaire au Nigéria. Le déplacement massif des populations fuyant le conflit de Boko Haram accentue la pression sur les ressources alimentaires dans les régions du nord-est, où les violences entraînent une baisse de la production agricole et privent les agriculteurs de revenus stables. Les enfants sont particulièrement affectés : selon l’UNICEF, 11 millions d’entre eux souffrent d’un retard de croissance au niveau national, et plus d’un sur deux serait atteint dans les régions du nord. Leur malnutrition chronique résulte aussi de la pauvreté nutritionnelle qui caractérise les régimes alimentaires des classes les plus pauvres, qui est elle-même due à un manque d’informations sur le type d’aliments à privilégier. Le niveau de revenu n’est pas le seul facteur explicatif, puisque les produits plus riches en nutriments ne sont pas nécessairement plus chers, ni moins disponibles. Les choix alimentaires de ces populations s’expliquent par la méconnaissance de l’enjeu nutritionnel, qui établit un lien direct entre ignorance, troubles de la croissance et pauvreté. La carence nutritionnelle se répercute en effet sur les capacités d’apprentissage des enfants et, plus globalement, sur le développement du capital humain et la productivité économique. La Banque mondiale estime ainsi que chaque dollar dépensé dans la nutrition rapporte entre 8 et 138 dollars US. L’État fédéral nigérian a mis en place, depuis janvier dernier, un programme d’alimentation scolaire dans trois États pilotes du sud et du centre du pays, qui devrait bénéficier à 15 millions d’élèves d’école primaire. Les actions en faveur de la nutrition doivent être étendues à tout le pays, et à d’autres domaines, comme celui de la nutrition maternelle.

 

En savoir plus (anglais)