Country: 
Échelle: 
National
Catégories: 
Synthèses et documents de travail
Dans sa dernière analyse, le chercheur Antonin Tisseron de l’Institut Thomas More, un think tank européen indépendant, nous invite à changer de perspective et à découvrir le point de vue nigérien sur la lutte contre le terrorisme. Son analyse met également en lumière la détérioration des relations entre le Niger et la France. À partir d’une soixantaine d’entretiens menés avec des acteurs majeurs de la société civile et des étrangers résidant à Niamey, Tisseron souligne la différence de perception sur le terrorisme entre les dirigeants et la population. Si les autorités nigériennes ont augmenté la puissance de leurs forces armées, la majorité des Nigériens ordinaires pensent que les autorités nigériennes, les Occidentaux et leur « lutte contre le terrorisme » se trompent de cible. « Ce n’est pas une solution, on ne fait pas ce qu’il faut, l’engagement du Niger dans la guerre est inutile. C’est le développement, l’éducation, la santé, qui nous auraient amenés très loin », déclare un doctorant de l’Université Abdou Moumouni de Niamey. La France est vue comme responsable des difficultés auxquelles fait face le Niger. Loin d’être considérée comme une alliée, elle serait au mieux un partenaire défendant avant tout ses intérêts - au détriment de la souveraineté du Niger et sans recherche d’une réciprocité - au pire, un adversaire masquant ses réelles intentions de domination et de contrôle. L’auteur fait plusieurs propositions pour aller de l’avant : « La première est de tenir un discours sincère sur les erreurs de l’intervention militaire en Libye en 2011, sur les intérêts et les priorités de la France et, concernant ses partenaires, sur les limites de son action. La seconde est de porter une plus grande attention à la jeunesse et à la société civile, ses ressentiments et ses attentes, particulièrement en termes de cohérence entre les valeurs invoquées et les politiques mises en œuvre mais aussi en termes d’éducation et de développement. Le troisième effort qui est peut-être le plus important est lié à la nécessité de faire évoluer les mentalités ».
thumbnail: