Image: 
Title: 

Repenser le maintien de la paix au Libéria

Country: 
Opinion: 

Le Conseil de sécurité de l’ONU a fixé au 30 mars 2018 la fin de la mission de maintien de la paix au Libéria (MINUL), déployée dans le pays en 2003. Depuis son arrivée, la mission a accompagné la transition politique du pays, soutenu le processus de réconciliation nationale, et, plus récemment, contribué à la lutte contre l’épidémie d’Ebola. Son retrait, qui interviendra quelques mois après l’élection présidentielle d’octobre 2017, marquera une étape importante dans la transition actuelle du Libéria. Mais ce sera aussi l’occasion pour l’ONU de mettre en œuvre sa nouvelle approche du maintien de la paix, adoptée par le Conseil de sécurité en 2015 sur la base d’un rapport du Groupe indépendant de haut niveau chargé d’étudier les opérations de paix. Celle-ci consiste à envisager le maintien de la paix à tous les stades du cycle des conflits, à savoir leur apparition, leur escalade, leur prolongement et leur récurrence, et à mettre en place d’autres formes d’engagement, favorables à l’instauration d’une paix durable. Dans le cas du Libéria, plusieurs défis restent à relever pour mener à bien la transition, aussi bien dans le domaine de la justice et de la sécurité que dans celui de la gouvernance, du développement économique et de l’inclusion sociale. Pour continuer à accompagner le Libéria dans cet effort après le départ de la MINUL, la nouvelle approche se propose de réorienter le mandat de l’ONU sur trois axes : impliquer davantage les acteurs nationaux dans l’organisation de la transition, assurer un financement durable et prévisible après le départ de la mission, et renforcer la coopération des opérations de la paix avec les autres agences de l’ONU et les autres partenaires présents dans le pays et dans la région. Cette démarche est déjà à l’œuvre, comme en a témoigné l’organisation, en octobre 2016 à Monrovia, d’un forum sur la transition qui a réuni plus de 100 acteurs nationaux et internationaux, et dont les conclusions ont été transmises à la Commission de consolidation de la paix à New York. Lire l’article (en anglais)