Image: 
Title: 

Tchad : Idriss Deby en route pour un cinquième mandat présidentiel

Country: 
Le premier tour des élections présidentielles tchadiennes a eu lieu le dimanche 10 avril. Environ 6,3 millions d’électeurs étaient invités à voter dans 18 000 bureaux sur le territoire, où pour la première fois, un système biométrique a été mis en place pour le recensement des votants. Le président sortant Idriss Deby, candidat du Mouvement Patriotique du Salut au pouvoir depuis 1990 et qui a accompli quatre mandats successifs depuis 1996, pourrait être reconduit pour un cinquième mandat dès le premier tour. Même si l’issue du scrutin sera probablement sans surprise, ses enjeux sont multiples. Au niveau de la politique interne, tout d’abord, ce premier tour marque le retour de l’opposition dans le processus électoral, alors que celle-ci avait boycotté les deux dernières élections présidentielles de 2006 et de 2011. Idriss Deby s’est cette fois confronté à plusieurs figures politiques d’importance au Tchad, dont Saleh Kebzabo, leader de l’opposition, et les deux anciens Premiers ministres Nouradine Delwa Kassiré Coumakoye et Joseph Djimrangar. Ce retour du débat politique s’accompagne d’un renforcement de la société civile citoyenne, qui milite notamment pour une meilleure redistribution de la manne pétrolière dans les programmes sociaux. Le bon déroulement des élections constitue par ailleurs un enjeu crucial sur le plan géopolitique. Le Tchad, carrefour entre l’Afrique du Nord, l’Afrique centrale et l’Afrique de l’Ouest, joue en effet un rôle central dans la sécurité régionale. Partenaire stratégique de la France dans le dispositif Barkhane au Sahel, N’Djaména est également un allié de ses voisins dans la lutte contre Boko Haram au Nigeria et au Cameroun. Cet engagement n’est pas remis en cause par l’opposition, qui le soutient unanimement, mais dans ce contexte sécuritaire difficile, la stabilité interne du pays demeure déterminante pour la région. 
 
En savoir +  (anglais)