Image: 
Title: 

Un plan d’1 milliard de dollars pour contrer le terrorisme

Country: 
Members: 
Les dirigeants de la CEDEAO se sont réunis le 14 septembre à Ouagadougou à l’occasion d’une session extraordinaire sur le terrorisme. Tout en appelant le Conseil de sécurité des Nations Unies à résoudre en urgence la crise libyenne, les dirigeants de la CEDEAO ont adopté un plan d’actions prioritaires pour 2020‑24 axé sur huit domaines. Dans sa volonté de mobiliser les contributions des pays membres et de renforcer le leadership de la CEDEAO, l’Autorité a promis de dégager 1 milliard de dollars US pour soutenir la lutte contre le terrorisme engagé par la Communauté. L’objectif de ce sommet était de « considérer les différentes actions menées pour empêcher et combattre le terrorisme et de redéfinir les domaines d’action prioritaires pour stopper l’extension des attaques terroristes dans la région ». Ce sommet a réuni presque tous les chefs d’État de la région ainsi que de nombreux dirigeants régionaux et internationaux, soulignant la gravité et l’urgence de la situation actuelle. Dans son communiqué final, l’Autorité a notamment proposé la nomination d’un représentant commun à l’Union africaine et aux Nations Unies pour la Libye. Elle a exhorté le Conseil de sécurité des Nations Unies à donner à la MINUSMA « un mandat plus important pour lutter contre le terrorisme ».  
Les dirigeants ont également approuvé le principe de l’implication de la Force en attente de la CEDEAO dans les actions de contre-terrorisme et ont encouragé la Commission de la CEDEAO à rendre opérationnel le dépôt logistique de la CEDEAO à Lungi en Sierra Leone. Le plan d’actions prioritaires 2020-24 proposé, d’une valeur d’1 milliard de dollars US, repose sur l’idée d’une mutualisation des ressources et d’une amélioration de la coordination des actions de contre-terrorisme, en augmentant le partage du renseignement et en développant la formation, les équipements et la gestion des frontières. Cela comprend également des mesures pour accentuer la lutte contre le crime organisé transfrontalier, en particulier le trafic de drogues, de tabac et de médicaments contrefaits. Enfin, elle encourage la promotion d’une culture de paix et de cadres pour les pratiques religieuses à travers des dialogues inclusifs impliquant les dirigeants religieux et locaux, les femmes, les jeunes et les groupes de la société civile concernés. Le plan d’actions final, détaillant le budget et le calendrier de mise en œuvre, sera adopté au prochain sommet de la CEDEAO, le 21 décembre, à Abuja.