Image: 
Title: 

Une bonne récolte annoncée en Afrique de l’Ouest

Country: 

Les experts de la sécurité alimentaire se sont réunis du 12 au 14 septembre à Lomé pour analyser la campagne agropastorale en cours et les prévisions pour les récoltes de 2018-19 au Sahel et en Afrique de l’Ouest. À l’exception des zones centrales et occidentales du Sahel, les perspectives agricoles et alimentaires sont globalement moyennes à bonnes. L’installation de la saison pluvieuse a été précoce au centre et à l’est mais tardive à l’ouest du Sahel notamment au Cabo Verde, en Mauritanie et au Sénégal. Les cumuls de pluies enregistrés depuis le début de la saison jusqu’au 31 août 2018, sont ainsi globalement supérieurs à la normale. Sans attaques sévères des ravageurs ou autres chocs imprévus, les productions de céréales attendues pourraient se situer entre 66 et 73 millions de tonnes. Cela correspondrait à une augmentation de 10 à 20 % comparé à la moyenne quinquennale, ce qui est bien plus rapide que la croissance moyenne de la population. L’approvisionnement en fourrage pour le bétail reste préoccupant dans le nord du Sénégal, de la Mauritanie, du centre du Mali et à l’ouest du Niger. Malgré diverses interventions apportant une aide alimentaire, les taux de malnutrition aigüe globale sont au-dessus du seuil des 10-15 % dans certaines zones du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad. L’insécurité civile qui sévit dans certaines zones (bassin du lac Tchad, nord et centre du Mali et boucle du Liptako-Gourma) reste la principale menace à la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans la région. Les acteurs de la sécurité alimentaire mènent actuellement des missions conjointes pour évaluer la situation alimentaire et nutritionnelle. Quatre pays  - la Côte d’Ivoire, la Guinée-Bissau, le Libéria et la Sierra Leone - n’ont pas pu conduire leur enquête permanente agricole par manque de financement. Tous les pays de la région participent néanmoins cette année au cycle de  l’analyse du Cadre harmonisé visant à  identifier les zones vulnérables et préparer des réponses. En attendant la prochaine réunion du PREGEC, organisée dans le cadre du Réseau de prévention des crises alimentaires (RPCA) en novembre, les experts ont formulé quelques recommeadations pour les gouvernements, le CILSS et les partenaires.

 

Télécharger l'avis sur les perspectives alimentaires